Visiteuse de prisons

prisonVisiteuse de prisons.

 

Un autre de mes centres d’intérêt les affaires criminelles. D’abord l’enquête minutieuse menée par la police qui remonte le temps pour trouver qui, pourquoi et comment, le procès au tribunal qui voit  s’affronter les avocats de l’accusation et de la défense, enfin la vie dans les prisons, en particulier le ressenti des prisonniers confrontés à l’isolement et leurs conditions de détention.

 

 

En 1976  j’avais 16 ans, le 28 juillet j’entends à la radio qu’un jeune homme de 22 ans a été guillotiné dans la nuit à Marseille. Il est accusé de l’enlèvement et du meurtre d’une fillette de 8 ans commis 2 ans plus tôt.  Il s’agit  de Christian Ranucci, la tragique affaire du pull over rouge. Il a toujours clamé son innocence, jusqu’au dernier instant de vie où il a demandé à ce qu’on le réhabilite. Cet événement va marquer ma vie, et influencer mes opinions sur la justice, les erreurs judiciaires, la peine de mort.

J’ai lu ensuite le livre de Gilles Perrault Le Pull over rouge qui relate les faits, l’enquête, le procès et l’exécution de Christian Ranucci.

J’étais et je le suis toujours convaincue qu’il n’est pas coupable c’est mon intime conviction selon la formule consacrée.

Un si jeune homme (20 ans au moment des faits) ne peut pas être capable d’un crime aussi horrible .

Depuis je m’intéresse à tous ce qui se rapporte au crime, et surtout au criminel car je cherche à comprendre ce qui peut pousser un individu à en arriver jusque là. Pour moi un homme n’est pas qu’un monstre, il y a forcément une part d’humanité en lui. Qu’est ce qui fait qu’un jour tout bascule ?

Après un drame dans les journaux on lit souvent : c’est un mari idéal, un bon père de famille, un employé modèle, un collègue sympa, un voisin dévoué. Bref quelqu’un de normal. On ne connait jamais  parfaitement une personne que l’on cotoye ou avec laquelle on vit. A un moment donné les événements les circonstances font que l’on agit d’une façon irrationnelle.

Bien sur je ne parlerai pas des personnes qui souffrent de problèmes psychiatriques qui sont des cas particuliers.

L’être humain est tellement complexe dans son comportement et ses actes, c’est ce qui le rend intéressant.

 

Dans l’affaire Ranucci j’ai été bouleversée par le désarroi de la mère de l’accusé qui ne comprend pas ce  qui leur arrive.

Cela m’a fait beaucoup réfléchir. En fait on parle de la souffrance de la famille des victimes ce qui est normal mais on pense rarement à celle de l’accusé, qui n’est pas comparable certes mais qui est au moins aussi importante. Car croyez moi personne n’est à l’abri. On s’identifie toujours à la victime et on entend : je me mets à sa place j’ai une fille du même âge. Pourquoi ? Pour qu’elles raisons s’approprier la souffrance des autres alors que chez soi tout va bien ? Cette souffrance ne nous appartient pas. On peut la comprendre, la partager, mais en aucun cas elle n’est la nôtre.

Les familles des deux cotés sont brisées. Les proches du meurtrier doivent affronter en plus de la honte, la haine, la mise à l’écart de la société alors qu’ils n’y sont pour rien.

 

N’allez surtout pas penser que je fais l’apologie du crime. Pas du tout.

Mais n’a t’on pas le droit de ressentir de l’empathie, de la compassion pour d’autres gens, et pourquoi pas les détenus ?

Est ce un vestige de mon éducation chrétienne ? Peut être un peu. Mais je crois que je ressens ce besoin j’irais jusqu’à dire vital d’aider autrui, (je n’ai pas choisi le métier d’infirmière par hasard) car il fait partie de mon équilibre.

 

Quel rapport avec Parkinson ? Et bien étant obligée de me mettre en congés longue maladie, mon employeur ne souhaitant plus que je travaille, me voilà à rester à la maison à ne rien faire.

Ce projet de visiteuse de prisons n’est pas venu sur un coup de tête.  je l’avais quelque part rangé dans un tiroir de mon cerveau pour le sortir au moment de ma retraite.

Le destin ou plutôt Parkinson en a décidé autrement et c’est une bonne chose.

 

A suivre….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.