Une histoire incroyable !

James Bond à l’infirmerie
Nous sommes à Coral Bay, petite ville d’une centaine d’âmes de la côte ouest de l’Australie, réputée pour ses coraux et ses spots de plongée. Revers de la médaille, au delà des images paradisiaques vantées sur les sites touristiques, Coral Bay est un réel désert médical puisqu’il ne dispose que d’une infirmerie, que le centre de santé le plus proche est situé à 150 km et que l’hôpital universitaire de Perth est à 1 000 km de là.

La scène se passe dans l’infirmerie de Coral Bay. L’infirmier de 44 ans qui y travaille habituellement vient de ressentir une violente douleur thoracique accompagnée d’une sensation de malaise.

Ne perdant pas son sang froid et étant seul à l’infirmerie, il enregistre un ECG qu’il transmet par mail au centre de télémédecine d’urgence (Emergency Telehealth Service). Le tracé révèle un bloc auriculo-ventriculaire complet, un bloc de branche droit, des ondes T géantes dans les dérivations inférieures et un sous-décalage du segment ST en miroir en antéro-latéral (voir en A). Le second tracé pris 50 minutes plus tard est à la fois plus parlant et plus rassurant puisqu’il retrouve un rythme sinusal et met en évidence un sus-décalage du segment ST dans le territoire inférieur (voir en B).


Qui va déclencher le défibrillateur ?

Avec l’aide du centre de télémédecine notre malade va être en mesure de s’auto-prendre en charge pour cet infarctus du myocarde. Il pose deux voies veineuses au niveau de ses avant-bras et met en route un traitement associant, aspirine, clopidogrel, héparine intra-veineuse, trinitrine sublinguale et opiacés. Pour être prêt à faire face à toute éventualité rythmique il prépare des injections d’adrénaline, d’atropine et d’amiodarone et va même jusqu’a coller sur son thorax les palettes du défibrillateur de son infirmerie (ce qui lui aurait permis peut-être de traiter tout seul une tachycardie ventriculaire, voire une fibrillation ventriculaire, comme James Bond dans Casino Royal !).

Ces précautions étant prises, toujours avec l’accord du centre de télémédecine, il entreprend une thrombolyse par tenecteplase par voie veineuse.

Il est alors transféré par le Royal Flying Doctor Service à l’hôpital de Perth. Le lendemain, une coronarographie met en évidence une sténose serrée au niveau du deuxième segment de la coronaire droite avec un flux coronarien de grade TIMI 3. Un stent bio-actif est alors posé et le malade peut rentrer chez lui à la 48e heure.
Cette observation est exemplaire à plus d’un titre. Elle permet de saluer le sang froid et l’efficacité de notre infirmier malade. Elle met en lumière l’intérêt de tels services de télémédecine et du stockage de matériel et de médicaments habituellement réservés aux réanimateurs qui ont permis de traiter cet infarctus à 1 000 km d’un CHU en respectant les recommandations les plus récentes. Elle relativise enfin l’appellation de désert médical appliquée trop rapidement à certaines régions françaises.

Reste que, comme nous sommes en Australie, que cet article est publié dans une revue américaine, et que la responsabilité des rédacteurs peut être engagée pour moins que ça, Felicity Lee et coll. qui signent cette lettre à l’éditeur, ont cru devoir conclure leur publication en mettant en garde les lecteurs naïfs contre une auto-prise en charge de l’infarctus du myocarde en dehors des cas où aucune autre option n’est envisageable…

Par le Dr Céline Dupin dans le JIM, le 26/03/2018.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.