Transporteur de la sérotonine et anxiété dans la maladie de Parkinson

Transporteur de la sérotonine et anxiété dans la maladie de Parkinson

Par le Dr Harold Mouras (EA 7273 – Centre de Recherche en Psychologie, Université de Picardie Jules-Verne – Amiens)

L’anxiété est un symptôme accompagnant souvent le développement de la maladie de Parkinson, mais ses corrélats neuraux n’ont été que peu explorés jusqu’à maintenant. Les dysfonctionnements intervenant dans les signalisations dopaminergique et sérotoninergique pourraient jouer un rôle dans la pathophysiologie de l’anxiété.
Le 123I-FP-CIT est un radiotraceur dont la liaison dans les aires striatales et extrastriatales sous-corticales représente la liaison principale au transporteur présynaptique de la sérotonine (acronyme anglais DAT) et au transporteur de la sérotonine (acronyme anglais SERT).
Ainsi, la disponibilité de ces deux molécules (DAT et SERT) pourrait consister une mesure in vivo de l’intégrité des neurones dopaminergiques et sérotoninergiques.

Sur le plan méthodologique, les auteurs ont étudié l’association entre les symptômes anxieux mesurés grâce à la sous-échelle affective de l’Inventaire de Dépression de Beck et la liaison du radiotraceur (123I-FP-CIT) chez 127 patients atteints de maladie de Parkinson, non-déments. Les analyses furent conduites chez des patients avec et des patients sans médication dopaminergique.

Les résultats de cette étude démontrèrent que la sévérité des symptômes anxieux était négativement corrélée avec la liaison du radiotraceur au niveau du thalamus droit. Dans le sous-groupe de patients sans médication dopaminergique, une association négative fut démontrée entre ces symptômes et la liaison du radiotraceur dans le thalamus de façon bilatérale.

En conclusion, cette étude indique que de hauts niveaux d’anxiété chez des patients atteints de maladie de Parkinson sont associés avec une diminution de la liaison du radiotraceur sur le thalamus, tendant à montrer l’implication de la dégénérescence des voies sérotoninergiques dans la survenue des symptômes anxieux chez les patients.
Date de publication : 27 Février 2018 dans le Neuroscoop.

3 réflexions au sujet de « Transporteur de la sérotonine et anxiété dans la maladie de Parkinson »

  1. Bonsoir,
    Encore une fois, je ne peux que vous féliciter pour la justesse de vos posts. J’ai appris en lisant votre blog, bien plus qu’en interrogeant mon toubib !
    Une nouvelle fraîche ( compte tenu du temps!) demain, je teste l »hypnose….J’ai de nombreux témoignages et des résultats encourageants de séances….A voir !

    1. Bonsoir.
      Ce sont mon expérience et ma curiosité qui enrichissent ma culture parkinsonienne. Parkinson m’a permis de mieux me connaître. Il m’a fait réviser les planches d’anatomie apprises sur les bancs de l amphi de l’école d’infirmière, et m’a obligé à réaliser une introspection de mon Moi.
      Quelle aventure ! Éprouvante mais fascinante.
      Merci pour vos commentaires et vos compliments « cher complice »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.