Parkinson et céphalée.

donnetParkinson et céphalée : une latéralisation identique
Par Anne Donnet (CHU Timone)
Article commenté :
Prevalence of headache in patients with Parkinson’s disease and its association with the side of motor symptom onset.
Nunes JC et al.
Neurol Sci. 2013 Nov 7. [Epub ahead of print]

La maladie de Parkinson est un des meilleurs modèles de dysfonctionnement dopaminergique. Elle s’accompagne d’une hypo-excitabilité corticale et sous-corticale influencée par une désinhibition des voies thalamocorticales. Le rôle de la dopamine dans la migraine est évoqué depuis longtemps, mais n’est toujours pas clarifié.

Les auteurs ont comparé la prévalence des céphalées chez 98 patients parkinsoniens recrutés de manière consécutive et 98 sujets témoins. Les sujets parkinsoniens avaient un taux plus bas de céphalées que les sujets témoins, que ce soit au cours de leur vie ou lors de l’évaluation sur la dernière année. Le siège prédominant de la céphalée était homolatéral à celui de l’atteinte initiale des signes moteurs de la maladie de Parkinson.

Ces résultats montrent, pour la première fois, un lien entre le côté des céphalées et le site initial des signes moteurs du Parkinson. Cette étude permet de mieux comprendre la physiopathologie des céphalées chez les patients non-parkinsoniens, et renforce le rôle de la dopamine dans la physiopathologie des céphalées.