La photographie. Page N°2 

J’ai pris du retard, je voulais vous présenter une sélection mensuelle mais je n’ai pas vu le temps passer. Je n’ai rien publié depuis février, et pourtant j’ai fait pas mal de clichés. Avec une météo très agréable, le printemps s’est présenté à nous avec de jolis jeux de lumières et de couleurs.

Je dors peu, donc je me réveille très tôt, la faute à qui, la faute à Parki. Cependant je ne me plains, car je peux ainsi admirer la naissance du jour. J’en profite d’autant plus depuis que je suis retraitée .
Quand je travaillais je me levais de bonne heure et je n’avais pas le temps de regarder la nature s’éveiller autour de moi, en toute beauté, en toute simplicité  j’assistais à ce spectacle sans pouvoir l’apprécier à sa juste valeur. Quand je rentrais de l’hôpital j’étais tellement fatiguée que je n’avais ni l’envie, ni le courage de sortir faire des photos.

La photographie est un plaisir pour moi pas une corvée, il faut parfois beaucoup de patience, de concentration, savoir choisir le bon moment  mais aussi faire preuve de spontanéité, saisir l’occasion, le bon moment, le hasard fait de belles surprises parfois, ne pas laisser passer sa chance car certains événements ne se produisent qu’une seule fois.

Récemment un de mes clichés a été choisi pour la page d’accueil de France 3 Lorraine. L’église Notre Dame d’Ecrouves au crépuscule.
Sympa non ! ?

fr3ND

Voici donc ma sélection pour le mois de mai :

  • Nature morte
  • Brume matinale à Toul
  • Deux jeunes agneaux
  • Au bout du chemin...
  • Notre Dame d\'Ecrouves.
  • Un bon gardien !
  • Madame La Lune.
  • Drôle de nuage !
  • Bonjour madame La Lune.
  • Soleil levant.
  • Mon cerisier.
  • Ciel menaçant.
  • De bon matin
  • Allumer le feu...
  • Ma couleur préférée
  • Premières fleurs
  • Mes cerisiers

Publié par

Miss Dopa

Je m'appelle Marie Christine, je vais bientôt avoir 57 ans. En 2005 ma vie bascule car j'apprends que j'ai la maladie de Parkinson. C'est une maladie neurodégénérative complexe, avec de nombreux symptômes. Elle aussi sournoise car elle habite progressivement votre corps sans que vous le sachiez . Et puis un jour le diagnostic tombe, mais il est déjà trop tard car elle est déjà bien installée. Une fois le choc de l'annonce passé, j'ai fait le choix de ne pas m'apitoyer sur mon sort et de lutter en m' adaptant à cette nouvelle vie qui s'impose à moi. Après un parcours thérapeutique classique par comprimés de LDopa, puis d'agonistes dopaminergiques, le stylo d'Apokinon et enfin la pompe a apomorphine, la neuro stimulation profonde devient une évidence pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *