Mes passions… Louky

Nous avons eu Louky  quelques jours avant de partir en vacances  dans un gîte à la montagne. Bien sûr le propriétaire n’était au courant que nous arrivions avec 2 chiens. Un oui mais pas deux !
Nous y sommes donc allés au culot avec le risque d’être refoulés. Nous comptions sur le charme incontesté de notre peluche pour faire craquer notre hôte. Nous pensions pouvoir le dissimuler mais impossible, un chiot ça jappe, court et saute partout dans tous les sens.
A l’arrivée l’accueil fut légèrement glacial (on s’en doutait quand même un peu !).
Après avoir fournit des explications convaincantes nous avons promis bien sur de surveiller ce locataire inattendu afin qu’il ne fasse pas trop de bêtises. Je vous rassure tout c’est très bien passé.

Vous devez vous douter que nous ne sommes pas passés inaperçus. Je me souviens qu’en Italie les gens nous interpellaient et criaient :  » Oooh, troppo bello piccolino!  »

Louky détestait les chats mais il en a pourtant sauvé un.
Un matin de novembre, bien froid et humide, je laisse sortir les deux comparses pour le rituel immuable du quoi neuf dans le jardin en reniflant partout et savoir si la journée s’annonce bonne, faire son pipi caca, se dégourdir les pattes, éventuellement produire quelques vocalises pour faire savoir à tout le quartier que l’on est réveillé.

C’est ainsi que Louky se met à aboyer et ne semble pas vouloir s’arrêter. Après moult rappels, l’entêtement de l’animal et ma patience ayant des limites, je finis par sortir.
Passablement énervée par son refus d’obéir, je m’approche et j’entends des sons moitié gémissements moitié miaulements. Je ne suis pas rassurée, j’imagine déjà qu’un combat a eu lieu, que les deux adversaires sont blessés, qu’il y a du sang partout. Il fait encore nuit, l’endroit n’est pas facile d’accès, sous des thuyas, entre un grillage et le mur de la maison.
Je vais chercher une lampe de poche. Je découvre alors sur le sol mouillé et gelé un chaton gris tigré qui gesticule.
La voisine ayant des chats je suppose que c’est l’une de ses femelles qui a mis bas. Je vais donc l’informer de ma découverte. Effectivement c’est une de ses chattes a eu des bébés il y a 3 semaines mais elle n’a jamais su à quel endroit.
Travaillant la journée elle ne peut présentement s’en occuper. Elle me fait savoir que de toute façon elle a suffisamment de pensionnaires et qu’elle ne le gardera pas. Bref c’est à moi de me débrouiller.
Me voilà donc avec ce petit chat tout tremblant et bien décider à vivre. Je l’installe dans une boite à chaussures sur des serviettes bien chaudes près d’un radiateur et à distance de nos deux curieux. Je me renseigne auprès du vétérinaire pour savoir comment le soigner et le nourrir. Je me mets en quête d’un propriétaire car il n’était pas question de le garder. Au grand désarroi de mes fils.
Rapidement une collègue me fait savoir qu’elle est intéressée et l’adopte. Voilà donc notre
Louky héros malgré lui. Sans sa curiosité, son obstination ce chaton n’aurait jamais été sauvé.

A suivre…..!

 

Qui dort dine ?

image

Le manque de sommeil accroît l’attrait de la nourriture

Selon une étude américaine publiée dans la revue Nature Communications, la modification de l’activité cérébrale pourrait être l’une des raisons pour lesquelles les personnes en manque de sommeil mangent plus et prennent du poids. Les patients examinés après une nuit sans sommeil présentaient une diminution de l’activité au niveau du cortex cérébral, responsable de l’évaluation de la satiété. À l’inverse, les régions associées aux impulsions alimentaires étaient particulièrement stimulées.

On a longtemps pensé qu’il existait un lien entre l’augmentation de l’obésité dans les pays industrialisés et la diminution des temps de sommeil. La relation précise entre ces deux phénomènes reste inexpliquée.

Des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley (États-Unis) ont étudié l’activité cérébrale de 23 participants par le biais de deux examens IRM : le premier réalisé après une nuit entière de sommeil et le deuxième, après une nuit blanche. Ils ont notamment mesuré la modification de l’activité cérébrale des patients à mesure qu’on leur présentait des images comportant 80 types d’aliments différents.

« Nous avons fait une autre découverte intéressante. Les aliments riches en calories attiraient davantage les patients en manque de sommeil », a expliqué le co-auteur de l’étude, Matthew Walker. Ces résultats pourraient « expliquer le lien entre manque de sommeil, prise de poids et obésité. » Par conséquent, l’un des facteurs clés d’un contrôle efficace du poids consiste à dormir suffisamment.

 

 

Vente illicite de médicaments sur Internet : la guerre est déclarée

ventemedocSensibiliser le public, les professionnels de santé et les entreprises est le deuxième objectif fixé par la Féfis qui considère que la communication et l’éducation de l’utilisateur des produits de santé sont fondamentales pour lutter efficacement contre la falsification et la contrefaçon. «  Il est tout aussi important de sensibiliser les professionnels et personnels de santé qui sont en contact direct avec le patient-utilisateur » précise aussi la  Féfis qui encourage et soutient l’ensemble des initiatives allant dans ce sens.  Un guide pratique de lutte contre la falsification de produits de santé  est en cours d’élaboration. La fédération suggère qu’une campagne nationale de sensibilisation sur les dangers de la falsification auprès du grand public et des professionnels et personnels de santé pourrait avoir lieu plusieurs fois par an. Cela ne concernerait pas la distribution (physique) de produits de santé en France qui est relativement épargnée par la contrefaçon, grâce à son système de distribution  de médicaments très encadré. La vraie menace venant d’Internet où circulent de produits potentiellement dangereux car comme le rappelle la Féfis : « En France, force est de constater qu’une large majorité des contrefaçons est proposée au consommateur via des sites illicites de vente en ligne, opérant souvent hors de France et que le crime organisé s’est approprié ce secteur qui génère des milliards d’euros de chiffre d’affaires. »
Comme la sécurité du consommateur passe avant tout par la qualité des produits de santé mis sur le marché via le web, d’où cette demande émise par les industriels de santé d’une plus grande sécurisation  du marché virtuel de produits de santé. Les autorités françaises et européennes ont désormais à résoudre l’équation suivante :  lutter contre la prolifération des sites illicites en se dotant de moyens opérationnels efficaces tout en répondant à une demande croissante du patient-consommateur de se procurer en ligne ses produits d’automédication dont la traçabilité doit être  assurée. Le feuilleton de la e-pharmacie n’en est qu’à ses premiers épisodes…
Dominique Thibaud

Le rôle renforcé de la France à l’international

frenchfriends2Dans une note adressée aux pouvoirs publics, la Féfis les invite « à renforcer l’influence de la France sur l’élaboration des normes internationales en matière de sécurité des produits de santé et à jouer un rôle moteur dans le cadre des travaux de l’OMS sur les produits médicaux de qualité inférieure/faux/faussement étiquetés/falsifiés/contrefaits. » Pour la Féfis, la lutte anti-contrefaçon passe nécessairement par une coopération internationale renforcée et la ratification par la France de la convention Médicrime qui permettra de mettre en place un cadre pénal harmonisé au plan international. Cette convention n’entrera en vigueur qu’après la ratification du texte par au moins trois pays membres du Conseil de l’Europe.

Encadrer et sécuriser la vente en ligne des médicaments : une priorité pour les industriels de santé.

Paris, le vendredi 9 août 2013 –   Depuis que la vente de 4 000 médicaments  ne nécessitant pas de prescription est autorisée sur Internet, les arnaques ont commencé. Certaines ont pu être repérées comme les 11 sites illégaux épinglés dernièrement par l’Ordre national des Pharmaciens qui a mis en place une cellule de veille. Si les pharmaciens ont d’ores et déjà déclaré la guerre à ces pratiques illégales, les industriels de la santé, très concernés, se mobilisent aussi via leur fédération la Féfis. Parmi les actions prioritaires à entreprendre, ils demandent aux pouvoirs publics davantage d’encadrement et de sécurisation de la vente de médicaments sur la toile tout en renforçant la coopération internationale.

« La sécurité des utilisateurs des produits de santé est conditionnée par le développement et la distribution de produits sûrs, efficaces et de  qualité. C’est pourquoi la  lutte contre la contrefaçon qui constitue un danger immédiat pour les patients et les consommateurs est l’un des axes prioritaires de nos actions » indiquait hier le communiqué de presse de la Féfis (Fédération française des industries de santé).  Rappelons que la Féfis fédère, à travers ses douze organisations membres, plus de 1 000 entreprises produisant et commercialisant des produits de santé : médicaments à usage humain, médicaments vétérinaires, dispositifs médicaux, produits de diagnostic, chimie organique de synthèse, façonnage industriel et distribution en gros.

Paru dans le JIM du 09 08 2013

Effets à court et long terme d’un programme de 4 semaines de réhabilitation intensive sur la marche et l’équilibre de patients parkinsoniens

SilhEffets à court et long terme d’un programme de 4 semaines de réhabilitation intensive sur la marche et l’équilibre de patients parkinsoniens
Par Thierry Lelard (Amiens)Article commenté :Short- and long-term efficacy of intensive rehabilitation treatment on balance and gait in parkinsonian patients: a preliminary study with a 1-year followup.Frazzitta G, Bertotti G, Uccellini D et al.Parkinsons Dis. 2013;2013:583278.
► Retrouvez l’abstract en ligne
Parmi les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson, les troubles de la marche et de l’équilibre connaissent une dégradation importante avec l’évolution de la maladie. Ces troubles de la marche et de l’équilibre sont difficiles à traiter car ils présentent des causes multifactorielles et plusieurs travaux montrent qu’ils ne semblent pas être directement associés au dysfonctionnement du système dopaminergique.Dans ces circonstances, les auteurs avancent l’hypothèse qu’une approche non médicamenteuse, basée sur des exercices de réhabilitation multidisciplinaires, pourrait être efficace afin d’améliorer la marche et l’équilibre. Vingt patients parkinsoniens au stade 3 de Hoehn et Yahr marchant sans assistance et ayant chuté plus de 2 fois au cours de l’année ont participé à cette étude longitudinale. Les auteurs ont proposé un programme intensif de 4 semaines (3 sessions d’une heure par jour, 5 jours par semaine) comportant des techniques classiques de réhabilitation combinées avec un entraînement sur tapis roulant et des exercices surplateforme stabilométrique.Le programme de réhabilitation comprenait un échauffement cardio-vasculaire, des exercices de relaxation, des étirements musculaires, des sollicitations des amplitudes articulaires ainsi que des exercices de transfert. Les exercices visant spécifiquement à l’amélioration de l’équilibre étaient réalisés sur une plateforme posturographique. Ils consistaient à solliciter le déplacement du poids corporel pour atteindre des cibles présentées sur un écran.Les exercices visant spécifiquement à l’amélioration de la marche étaient réalisés sur tapis roulant incluant des techniques d’indiçage externe. Ils consistaient à l’atteinte d’une cible spatiale pour augmenter l’amplitude du pas tandis qu’un signal sonore permettait d’atteindre unefréquence de 0,5 cycle/s.A l’issue de ces 4 semaines de pratique intensive, les patients étaient encouragés à poursuivre une activité physique de 30 minutes par jour. Les résultats présentent une amélioration dans les différents tests réalisés (score UPDRS pour l’équilibre et pour la marche, échelle de BERG, timed up and go, le test de 6 minutes, la vitesse de marche confortable et rapide) mettant en évidence l’efficacité de ce type d’entraînement sur l’équilibre et la marche.Un an après l’entraînement, certains de ces effets perdurent notamment pour la marche (score UPDRS pour la marche, la vitesse de marche confortable et rapide) puisque les résultats obtenus à un an sont supérieurs aux tests d’inclusion. Pour les autres tests, les valeurs obtenues après 1 an sont équivalentes aux valeurs obtenues au moment de l’inclusion. Il est à noterqu’aucun de ces patients n’a dûaugmenter sa prescription médicamenteuse. Malgré l’absence d’un groupe contrôle, ce travail semble démontrer qu’un programme d’entraînement multidisciplinaire intensif permet d’améliorer ou de maintenir les capacités de marche ou de contrôle de l’équilibre un an après l’entraînement de 4 semaines. Ceci confirme le résultat de travaux précédents qui ont montré que l’activité physique peut être considérée comme un moyen de maintenir l’autonomie dans les activités quotidiennes et retarder l’augmentation du dosage médicamenteux.Le caractère intensif du programme de réhabilitation apparaît comme un élément clé pour obtenir de meilleurs résultats,même si d’autres travaux seront nécessaires pour étudier les conditions optimales de réalisation de ces exercices et leurs effets à long terme.

Lien entre la perte des neurones dopaminergiques de la substance noire et les troubles émotionnels et motivationnels se développant dans la maladie de Parkinson

Silh
Lien entre la perte des neurones dopaminergiques de la substance noire et les troubles émotionnels et motivationnels se développant dans la maladie de Parkinson
Par Harold Mouras (Laboratoire de Neurosciences Fonctionnelles et Pathologies, CNRS – UMR 8160, Amiens)Article commenté :Loss of dopaminergic nigrostriatal neurons accounts for the motivational and affective deficits in Parkinson’s diseaseDrui G, Carnicella S, Carcenac C et al.Mol Psychiatry. 2013 Feb 12. doi: 10.1038/mp.2013.3.
► Retrouvez l’abstract en ligne
A l’origine du développement de la maladie de Parkinson existe notamment une dégénérescence des neurones dopaminergiques à l’origine des principaux symptômes moteurs de la maladie. Cependant, comme nous l’évoquons classiquement ici, des troubles des émotions et de la motivation apparaissent également souvent au cours du développement de la maladie. A titre d’exemple, on observe parfois l’apparition de symptômes dépressifs, anxieux ou de déficits motivationnels tels que l’apathie.Dans la conception moderne des processus pathophysiologiques de la maladie, une vision dichotomique s’impose avec des troubles moteurs liés à l’atteinte des neurones moteurs appartenant à une zone particulière, la « pars compacta » de la substance noire (SNc) et des troubles émotionnels et motivationnels liés à l’atteinte de ceux appartenant à une autre voie issue de l’Aire Tegmentale Ventrale (ATV).Historiquement, cette vision a été sous-tendue par les recherches conduites dans des modèles animaux et impliquant des lésions plus ou moins larges des zones SNc et ATV. Cependant, ces lésions touchent la plupart du temps une certaine portion de la zone adjacente. Dans cette recherche, les auteurs ont développé un modèle lésionnel impliquant des destructions des neurones dopaminergiques clairement circonscrites à l’une ou l’autre de ces deux aires et dans lequel les capacités motrices des animaux étaient préservées.Les résultats de cette étude furent particulièrement clairs. Grâce à leur modèle lésionnel, les auteurs parvinrent clairement, via des lésions bilatérales partielles des aires ATV ou SNc, à produire des profils d’atteintes des neurones dopaminergiques sans recouvrement spatial.Par ailleurs, les résultats montrèrent une atteinte spécifique des comportements motivés et des corrélats émotionnels associés lors d’une lésion de la zone SNc et non lors d’une lésion de la partie médiane la zone ATV. Ces effets étaient réversibles lorsque des agonistes de la dopamine étaient injectés dans cette zone ou bien lorsque les récepteurs dopaminergiques étaient activés directement. Ainsi, cette étude souligne l’implication centrale de la zone SNc et des lésions se produisant dans cette zone au cours de la maladie pour rendre compte dans l’occurrence des troubles motivationnels apparaissant au cours du développement de la maladie de Parkinson. Cette implication a été largement négligée pour l’heure dans la littérature concernée.Les résultats de cette étude soulignent aussi l’importance des troubles affectifs et motivationnels se déroulant dans la maladie de Parkinson et qui sont dès lors relativement indépendants des troubles moteurs survenant dans la maladie. Ces troubles affectivo-motivationnels seraient à relier principalement à la dégénérescence des neurones dopaminergiquesde la SNc lors de la maladie.

Publié dans le Neuro Scoop du 22 07 2013.