Mes passions… Louky

Nous avons eu Louky  quelques jours avant de partir en vacances  dans un gîte à la montagne. Bien sûr le propriétaire n’était au courant que nous arrivions avec 2 chiens. Un oui mais pas deux !
Nous y sommes donc allés au culot avec le risque d’être refoulés. Nous comptions sur le charme incontesté de notre peluche pour faire craquer notre hôte. Nous pensions pouvoir le dissimuler mais impossible, un chiot ça jappe, court et saute partout dans tous les sens.
A l’arrivée l’accueil fut légèrement glacial (on s’en doutait quand même un peu !).
Après avoir fournit des explications convaincantes nous avons promis bien sur de surveiller ce locataire inattendu afin qu’il ne fasse pas trop de bêtises. Je vous rassure tout c’est très bien passé.

Vous devez vous douter que nous ne sommes pas passés inaperçus. Je me souviens qu’en Italie les gens nous interpellaient et criaient :  » Oooh, troppo bello piccolino!  »

Louky détestait les chats mais il en a pourtant sauvé un.
Un matin de novembre, bien froid et humide, je laisse sortir les deux comparses pour le rituel immuable du quoi neuf dans le jardin en reniflant partout et savoir si la journée s’annonce bonne, faire son pipi caca, se dégourdir les pattes, éventuellement produire quelques vocalises pour faire savoir à tout le quartier que l’on est réveillé.

C’est ainsi que Louky se met à aboyer et ne semble pas vouloir s’arrêter. Après moult rappels, l’entêtement de l’animal et ma patience ayant des limites, je finis par sortir.
Passablement énervée par son refus d’obéir, je m’approche et j’entends des sons moitié gémissements moitié miaulements. Je ne suis pas rassurée, j’imagine déjà qu’un combat a eu lieu, que les deux adversaires sont blessés, qu’il y a du sang partout. Il fait encore nuit, l’endroit n’est pas facile d’accès, sous des thuyas, entre un grillage et le mur de la maison.
Je vais chercher une lampe de poche. Je découvre alors sur le sol mouillé et gelé un chaton gris tigré qui gesticule.
La voisine ayant des chats je suppose que c’est l’une de ses femelles qui a mis bas. Je vais donc l’informer de ma découverte. Effectivement c’est une de ses chattes a eu des bébés il y a 3 semaines mais elle n’a jamais su à quel endroit.
Travaillant la journée elle ne peut présentement s’en occuper. Elle me fait savoir que de toute façon elle a suffisamment de pensionnaires et qu’elle ne le gardera pas. Bref c’est à moi de me débrouiller.
Me voilà donc avec ce petit chat tout tremblant et bien décider à vivre. Je l’installe dans une boite à chaussures sur des serviettes bien chaudes près d’un radiateur et à distance de nos deux curieux. Je me renseigne auprès du vétérinaire pour savoir comment le soigner et le nourrir. Je me mets en quête d’un propriétaire car il n’était pas question de le garder. Au grand désarroi de mes fils.
Rapidement une collègue me fait savoir qu’elle est intéressée et l’adopte. Voilà donc notre
Louky héros malgré lui. Sans sa curiosité, son obstination ce chaton n’aurait jamais été sauvé.

A suivre…..!

 

Publié par

Miss Dopa

Je m'appelle Marie Christine, je vais bientôt avoir 57 ans. En 2005 ma vie bascule car j'apprends que j'ai la maladie de Parkinson. C'est une maladie neurodégénérative complexe, avec de nombreux symptômes. Elle aussi sournoise car elle habite progressivement votre corps sans que vous le sachiez . Et puis un jour le diagnostic tombe, mais il est déjà trop tard car elle est déjà bien installée. Une fois le choc de l'annonce passé, j'ai fait le choix de ne pas m'apitoyer sur mon sort et de lutter en m' adaptant à cette nouvelle vie qui s'impose à moi. Après un parcours thérapeutique classique par comprimés de LDopa, puis d'agonistes dopaminergiques, le stylo d'Apokinon et enfin la pompe a apomorphine, la neuro stimulation profonde devient une évidence pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *