Les effets de l’anxiété et de l’attention sur le contrôle postural dans la maladie de Parkinson.

Par le Dr Harold Mouras (EA 7273 – Centre de Recherche en Psychologie, Université de Picardie Jules-Verne – Amiens)

Bien que l’anxiété soit un symptôme affectant environ 40% des patients atteints de maladie de Parkinson, peu d’études se sont intéressées à son effet sur les troubles de l’équilibre et du contrôle postural.
Certaines études ont montré une influence positive de la focalisation de l’attention sur l’environnement et sur le contrôle postural dans la maladie de Parkinson, mais le rôle de l’anxiété comme variable confondante dans cet effet demeure peu exploré.

Dès lors, l’objectif de cette étude était d’explorer l’influence de l’anxiété et de l’instruction de focalisation attentionnelle sur le contrôle postural des patients atteints de maladie de Parkinson. Trente-quatre patients furent inclus dans cette étude, 17 d’entre eux présentant un haut niveau d’anxiété et 17 autres un bas niveau d’anxiété.
Dix-sept sujets participants contrôles furent aussi inclus. Le contrôle postural fut évalué grâce à deux tâches de difficulté posturale différente.
Les résultats furent éloquents : seul le groupe de patients atteints de maladie de Parkinson présentant un haut niveau d’anxiété démontra une atteinte significative du contrôle postural. Par ailleurs, une consigne de focalisation externe améliora le contexte contrôle postural dans l’ensemble des groupes de participants.

En conclusion, cette étude montre que l’anxiété influence le contrôle postural, en particulier dans la maladie de Parkinson lorsque que son niveau est élevé. La focalisation attentionnelle externe peut améliorer les stratégies de contrôle postural de ces patients.
Date de publication : Neuroscoop le 6 avril 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.