Je vous souhaite assez !

Un grand merci pour ta délicate pensée !!!

Récemment, j’ai surpris un père et sa fille dans leurs derniers moments ensemble à l’aéroport. On avait annoncé le départ.
Debout près de la porte de sécurité, ils se sont serrés et le père a dit « Je t’aime et je te souhaite assez.
La fille a répondu « Papa, notre vie ensemble a été plus qu’assez. Ton amour a été tout ce dont j’avais besoin. Je te souhaite assez, aussi, papa. »
Ils se sont embrassés et la fille est partie. Le père a marché vers la fenêtre où j’étais assis.

Je pouvais voir qu’il était triste et qu’il voulait pleurer. J’ai essayé de ne pas m’imposer et respecter son intimité, mais il m’a demandé « Vous est-il déjà arrivé de dire au revoir à quelqu’un en sachant que vous ne vous reverriez jamais ? »
« Oui. » j’ai répondu.

« Me permettez-vous de vous demander pourquoi vous croyez que vous ne vous reverrez jamais ? ».
« Je suis vieux et elle vit si loin. J’ai de gros défis devant moi et la réalité est que son prochain voyage sera pour mon enterrement » a-t-il dit.
« Quand vous vous disiez au revoir, je vous ai entendu dire « Je te souhaite assez. » Est-ce que je peux vous demander ce que cela signifie ? »

Il a commencé à sourire. « C’est un souhait qui nous vient de plusieurs générations qui nous ont précédé. Mes parents avaient l’habitude de le dire à chacun. »
Il a fait une pause un moment et regarda au plafond, comme s’il essayait de se rappeler en détail, et il a souri encore plus.

« Quand nous disons « Je te souhaite assez » nous souhaitons que l’autre personne ait une vie remplie de juste assez de bonnes choses pour la garder heureuse. » Alors, se tournant vers moi, il a partagé ce qui suit comme s’il récitait un texte mémorisé.
Je te souhaite assez de soleil pour maintenir ton attitude lumineuse peu importe que la journée soit grise et moche.
Je te souhaite assez de pluie pour apprécier le soleil encore plus.
Je te souhaite assez de bonheur pour maintenir ton esprit vivant et éternel.
Je te souhaite assez de douleur de sorte que même la plus petite des joies dans la vie puisse te sembler grande.
Je te souhaite assez de gain pour satisfaire tes besoins.
Je te souhaite assez de perte pour apprécier tout ce que tu possèdes.
Je te souhaite assez d’Au revoir pour te permettre de bien te rendre à l’Au revoir final.
Il a alors commencé à pleurer et il s’est éloigné…
On dit que ça prend une minute pour trouver une personne spéciale, une heure pour l’apprécier, un jour pour l’aimer, mais que ça prend une vie entière pour l’oublier.
Seulement si tu le souhaites, envoie ceci aux personnes que tu n’oublieras jamais. Si tu ne l’envoies à personne, ça peut signifier que tu es pressé et que tu as oublié tes amis.
PRENDS LE TEMPS DE VIVRE

À toi mon ami(e) , JE TE SOUHAITE ASSEZ !

Lettre anonyme.

3 réflexions au sujet de « Je vous souhaite assez ! »

  1. Merveilleux et réconfortant.
    pourriez-vous prendre quelques instants pour vous rendre sur un site : plume de poète https://www.plume-de-poete.fr/
    dans lequel je raconte « ma « parkinson.. :
    Philippe x a écrit un nouvel article Le Loup et la vieille Anglaise – Philippe X il y a un mois.
    Nous nous reverrons par écrit .

    1. Bonjour Philippe.
      Je suis ravie que ce texte vous plaise. Moi qui croyais que mon blog n’etait regardé par personne, merci de vous y être arrêté quelques instants.
      Il est vrai que je l’ai délaissé pendant de longs mois ceci contre ma volonté par un odieux personnage que vous connaissez aussi me semble t’il . En effet ce Parkinson puisque c’est ainsi qu’on le nomme m’a volé une partie de ma vie en me privant le scélérat de l’usage de mes mains pour écrire et en perturbant quelque peu ma pensée. Heureusement qu’au fond de moi il restait une petite lueur d’espoir qui lentement mais sûrement m’a fait sortir de ma torpeur et de cette inexorable agonie.
      Voilà comment je résumerais ces deux à trois ans pendant lesquels j’ai cru que Parkinson avait eu raison de moi. Tous les textes que j’ai écrit avant cette période et c’est pour cela que cela été salvateur je les écris pour exprimer ma colère envers cette foutue maladie . Je l’ai fait sur le ton de l’humour parce que je le ressentais ainsi mais malheureusement j’étais la seule car beaucoup de gens ne plaisantent pas avec la maladie, et ceci même quand on parle de soi-même. L’autodérision passe encore moins bien je pense .C’est pour cela que mes textes ne faisaient rire que moi, et bien tant pis moi cela me faisait du bien mais je n’ai pas compris tout de suite .
      Aujourd’hui cela fait presque 5 mois que je suis neuro stimulée, ma vie n’a pas changé (enfin si un peu quand même!) c’est moi qui la voit différemment parce que maintenant je positive et je la vois belle, je l’apprecie, je l’a prend comme elle vient et je m’adapte aux situations, je ne panique plus, je patiente, bref j’ai adopté une philosophie de vie joyeuse et sereine. Ne vous méprenez pas je ne crois pas ni en Dieu ni en aucune autre divinité et je ne fais partie d’aucune secte .
      La motivation de l’écriture m’est revenue il y a quelques temps déjà et maintenant je suis prête à publier à nouveau sur mon blog. Je vais raconter mon histoire et témoigner de ce qui m’a fait changer d’avis en me faisant passer du refus à l’acceptation de cette fabuleuse et incroyable intervention qui fait peur à beaucoup d’entre vous : la neuro stimulation profonde.
      Je peux dire que je suis fière de moi car ce cheminement et ce choix c’est moi seule qui les ai décidés puis réalisés. Je l’ai fait pour moi parce que j’ai voulu prendre soin de moi toute seule ce n’est pas de l’égoïsme c’est sans doute cela qu’on appelle de l’amour propre .C’est une chance que l’on m’a donné d’apporter un bénéfice supplémentaire au confort de ma vie pour une quinzaine d’années que je ne pouvais pas refuser car je suis encore jeune, que j’aime la vie et parce que le temps que nous passons sur Terre est déjà trop court.
      J’ai commencé à lire un ou deux de vos textes et c’est avec plaisir que j’echangerai par écrit avec vous.

      1. Chère « complice  » d’un délit que nous avons commis avec récidive…..celui de vivre contre vents et marrées…nous persistons et sommes encore debout !
        Je vous réponds rapidement et je vais faire en sorte d’accorder plus de réflexions à votre mail qui est une véritable bouffée de bonheur.
        A bientôt pour des échanges trés fructueux.
        PHILIPPE dit LOUPZEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *