Imagerie tau, il faudra attendre encore un peu !

Imagerie tau, il faudra attendre encore un peu !

Par le Dr Christian Geny (CHU – Montpellier) [Déclaration de liens d’intérêts]

Le diagnostic des syndromes parkinsoniens au stade précoce est un challenge pour le clinicien et une limite importante pour les essais thérapeutiques. Les progrès en imagerie métabolique suscitent de réels espoirs.
Cette revue générale publiée par une équipe coréenne dans une revue destinée à des neurologues cliniciens montre les difficultés techniques mais aussi les importantes potentialités de ces nouveaux traceurs.

L’imagerie amyloïde était un enjeu majeur dans la recherche de biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer (MA). Plusieurs radiotraceurs ont été créés, permettant d’identifier l’accumulation de la protéine amyloïde et le diagnostic à un stade précoce.
Toutefois ce marqueur était peu utile pour apprécier l’évolution de la maladie car le marquage était diffus et peu évolutif.
Les dégénérescences neurofibrillaires (DNF), second acteur de la pathologie de la MA, sont un témoin plus direct du processus pathologique car la progression de l’accumulation des DNF est corrélée à l’évolution clinique.
Les chercheurs ont ainsi développé un marqueur des paires de filaments hyper phosphorylés de la protéine tau. Le premier radiotraceur 18F -THK523 a été développé en 2011. Ses propriétés ont cependant limité son utilisation au domaine de la recherche.
Les études cliniques ont été décevantes en raison d’un fort marquage de la substance blanche et d’un faible ratio de fixation.
Une seconde génération de radiotraceurs plus spécifiques a été créée et le 18F -THK-5117 est actuellement considéré comme un marqueur dans la MA. D’autres études avec d’autres radiotraceurs ont montré une persistance de la fixation au niveau de la substance blanche, une forte fixation dans la protubérance et des ganglions de la base.
Plus récemment, des études avec le 18F -THK-5351 ont montré que ce traceur fixait la monoamino-oxydase B dans les ganglions de la base et le cortex insulaire. L’administration d’une simple dose de selegiline réduisait de la fixation de 37-52% du traceur !
18F-Flortaucipir est un des derniers traceurs proposés offrant l’avantage d’une moindre fixation à la substance blanche et une affinité 25 fois plus forte à PHF-tau qu’Aβ. Malheureusement ce produit a une cinétique instable.

C’est surtout dans les pathologies mixtes ou tau que ces traceurs sont très attendus. La démence à corps de Lewy est une entité complexe puisqu’elle est caractérisée comme une synucléïnopathie mais les études neuropathologiques ont montré la présence de dépôt amyloïdes et de dégénérescence neurofibrillaire. Les études avec le 11C –PIB ont montré un dépôt amyloïde chez 68% des patients DCL ! Qu’en est-il avec le 18F-Flortaucipir ?
Il existe un marquage dans le cortex occipital et pariéto-temporal postérieur corrélé avec le 11C –PIB. L’absence de marquage du cortex temporal interne est remarquable car elle permettrait de faire le diagnostic différentiel avec la MA.
Qu’en est-il avec les tauopathies ? Le marquage est plus important dans le tronc cérébral et le globus pallidum dans la paralysie supranucléaire progressive et de manière asymétrique dans le cortex moteur et les ganglions de la base dans la dégénérescence cortico-basale.
Toutefois l’affaire n’est pas réglée car il existe un marquage postérieur du putamen dans l’atrophie multisystématisée, authentique synucléïnopathie. Plusieurs hypothèses sont proposées pour expliquer ce marquage non spécifique (interaction avec le fer).

Les auteurs, conscients des limites de ces marqueurs (fixation non spécifique du putamen), concluent cependant que le 18F-Flortaucipir pourrait être un marqueur utile dans le diagnostic différentiel des syndromes parkinsoniens ou pour apprécier l’effet d’immunothérapies ciblées.
Date de publication : 27 Février 2018 dans le Neuroscoop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.