Effet de la réadaptation de groupe sur la motivation et les activités quotidiennes chez des patients atteints de maladie de Parkinson.

Par le Dr Harold Mouras (EA 7273 – Centre de Recherche en Psychologie, Université de Picardie Jules-Verne – Amiens) [Déclaration de liens d’intérêts]
Article commenté :

La réadaptation est efficace chez les patients atteints de maladie de Parkinson, car elle participe à diminuer les symptômes moteurs de la maladie. Cependant, les patients peuvent ne pas manifester d’améliorations, en fonction par exemple des différents environnements dans lesquels est conduite cette réadaptation ou lorsqu’ils effectuent des mouvements impliquant une activité multi-tâche.

Quel était l’objectif de cette étude ? La réadaptation implique un facteur de réapprentissage. Ainsi, il est important d’accroître la motivation des patients pour augmenter l’efficacité du processus d’apprentissage.
Dans cette étude, les auteurs ont souhaité évaluer l’effet de la réadaptation en groupe sur la motivation des patients, leurs symptômes moteurs et leurs activités quotidiennes.
Sur le plan méthodologique, 27 participants furent assignés soit à un groupe d’entraînement individuel (deux séances hebdomadaires en sus de la réadaptation individuelle quotidienne), soit à un groupe exerçant la réadaptation en groupe (deux séances de réadaptation en groupe par semaine en sus de la réadaptation individuelle).
L’ensemble des participants à l’étude reçurent ce traitement pendant 8 semaines. Les participants furent évalués à l’entrée puis à la sortie du programme via les échelles UPDRS, d’apathie. Ces évaluations furent réalisées en période « ON » de médication.
Les résultats de cette étude furent éloquents : certains scores (UPDRS-Partie 3 ou Parkinson Disease Questionnaire) furent significativement améliorés par la prise en charge dans les deux groupes, alors que ceux de l’échelle d’apathie et de la partie 2 de l’UPDRS furent uniquement améliorés pour les patients ayant suivi une réadaptation en groupe.

En conclusion, une réadaptation en groupe semble accroître la motivation des patients et pourrait avoir des effets positifs sur la réhabilitation individuelle de la qualité de vie.
Date de publication : JIM 25 Janvier 2018

Publié par

Miss Dopa

Je m'appelle Marie Christine, je vais bientôt avoir 57 ans. En 2005 ma vie bascule car j'apprends que j'ai la maladie de Parkinson. C'est une maladie neurodégénérative complexe, avec de nombreux symptômes. Elle aussi sournoise car elle habite progressivement votre corps sans que vous le sachiez . Et puis un jour le diagnostic tombe, mais il est déjà trop tard car elle est déjà bien installée. Une fois le choc de l'annonce passé, j'ai fait le choix de ne pas m'apitoyer sur mon sort et de lutter en m' adaptant à cette nouvelle vie qui s'impose à moi. Après un parcours thérapeutique classique par comprimés de LDopa, puis d'agonistes dopaminergiques, le stylo d'Apokinon et enfin la pompe a apomorphine, la neuro stimulation profonde devient une évidence pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *