Le rôle renforcé de la France à l’international

frenchfriends2Dans une note adressée aux pouvoirs publics, la Féfis les invite « à renforcer l’influence de la France sur l’élaboration des normes internationales en matière de sécurité des produits de santé et à jouer un rôle moteur dans le cadre des travaux de l’OMS sur les produits médicaux de qualité inférieure/faux/faussement étiquetés/falsifiés/contrefaits. » Pour la Féfis, la lutte anti-contrefaçon passe nécessairement par une coopération internationale renforcée et la ratification par la France de la convention Médicrime qui permettra de mettre en place un cadre pénal harmonisé au plan international. Cette convention n’entrera en vigueur qu’après la ratification du texte par au moins trois pays membres du Conseil de l’Europe.

Encadrer et sécuriser la vente en ligne des médicaments : une priorité pour les industriels de santé.

Paris, le vendredi 9 août 2013 –   Depuis que la vente de 4 000 médicaments  ne nécessitant pas de prescription est autorisée sur Internet, les arnaques ont commencé. Certaines ont pu être repérées comme les 11 sites illégaux épinglés dernièrement par l’Ordre national des Pharmaciens qui a mis en place une cellule de veille. Si les pharmaciens ont d’ores et déjà déclaré la guerre à ces pratiques illégales, les industriels de la santé, très concernés, se mobilisent aussi via leur fédération la Féfis. Parmi les actions prioritaires à entreprendre, ils demandent aux pouvoirs publics davantage d’encadrement et de sécurisation de la vente de médicaments sur la toile tout en renforçant la coopération internationale.

« La sécurité des utilisateurs des produits de santé est conditionnée par le développement et la distribution de produits sûrs, efficaces et de  qualité. C’est pourquoi la  lutte contre la contrefaçon qui constitue un danger immédiat pour les patients et les consommateurs est l’un des axes prioritaires de nos actions » indiquait hier le communiqué de presse de la Féfis (Fédération française des industries de santé).  Rappelons que la Féfis fédère, à travers ses douze organisations membres, plus de 1 000 entreprises produisant et commercialisant des produits de santé : médicaments à usage humain, médicaments vétérinaires, dispositifs médicaux, produits de diagnostic, chimie organique de synthèse, façonnage industriel et distribution en gros.

Paru dans le JIM du 09 08 2013

Effets à court et long terme d’un programme de 4 semaines de réhabilitation intensive sur la marche et l’équilibre de patients parkinsoniens

SilhEffets à court et long terme d’un programme de 4 semaines de réhabilitation intensive sur la marche et l’équilibre de patients parkinsoniens
Par Thierry Lelard (Amiens)Article commenté :Short- and long-term efficacy of intensive rehabilitation treatment on balance and gait in parkinsonian patients: a preliminary study with a 1-year followup.Frazzitta G, Bertotti G, Uccellini D et al.Parkinsons Dis. 2013;2013:583278.
► Retrouvez l’abstract en ligne
Parmi les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson, les troubles de la marche et de l’équilibre connaissent une dégradation importante avec l’évolution de la maladie. Ces troubles de la marche et de l’équilibre sont difficiles à traiter car ils présentent des causes multifactorielles et plusieurs travaux montrent qu’ils ne semblent pas être directement associés au dysfonctionnement du système dopaminergique.Dans ces circonstances, les auteurs avancent l’hypothèse qu’une approche non médicamenteuse, basée sur des exercices de réhabilitation multidisciplinaires, pourrait être efficace afin d’améliorer la marche et l’équilibre. Vingt patients parkinsoniens au stade 3 de Hoehn et Yahr marchant sans assistance et ayant chuté plus de 2 fois au cours de l’année ont participé à cette étude longitudinale. Les auteurs ont proposé un programme intensif de 4 semaines (3 sessions d’une heure par jour, 5 jours par semaine) comportant des techniques classiques de réhabilitation combinées avec un entraînement sur tapis roulant et des exercices surplateforme stabilométrique.Le programme de réhabilitation comprenait un échauffement cardio-vasculaire, des exercices de relaxation, des étirements musculaires, des sollicitations des amplitudes articulaires ainsi que des exercices de transfert. Les exercices visant spécifiquement à l’amélioration de l’équilibre étaient réalisés sur une plateforme posturographique. Ils consistaient à solliciter le déplacement du poids corporel pour atteindre des cibles présentées sur un écran.Les exercices visant spécifiquement à l’amélioration de la marche étaient réalisés sur tapis roulant incluant des techniques d’indiçage externe. Ils consistaient à l’atteinte d’une cible spatiale pour augmenter l’amplitude du pas tandis qu’un signal sonore permettait d’atteindre unefréquence de 0,5 cycle/s.A l’issue de ces 4 semaines de pratique intensive, les patients étaient encouragés à poursuivre une activité physique de 30 minutes par jour. Les résultats présentent une amélioration dans les différents tests réalisés (score UPDRS pour l’équilibre et pour la marche, échelle de BERG, timed up and go, le test de 6 minutes, la vitesse de marche confortable et rapide) mettant en évidence l’efficacité de ce type d’entraînement sur l’équilibre et la marche.Un an après l’entraînement, certains de ces effets perdurent notamment pour la marche (score UPDRS pour la marche, la vitesse de marche confortable et rapide) puisque les résultats obtenus à un an sont supérieurs aux tests d’inclusion. Pour les autres tests, les valeurs obtenues après 1 an sont équivalentes aux valeurs obtenues au moment de l’inclusion. Il est à noterqu’aucun de ces patients n’a dûaugmenter sa prescription médicamenteuse. Malgré l’absence d’un groupe contrôle, ce travail semble démontrer qu’un programme d’entraînement multidisciplinaire intensif permet d’améliorer ou de maintenir les capacités de marche ou de contrôle de l’équilibre un an après l’entraînement de 4 semaines. Ceci confirme le résultat de travaux précédents qui ont montré que l’activité physique peut être considérée comme un moyen de maintenir l’autonomie dans les activités quotidiennes et retarder l’augmentation du dosage médicamenteux.Le caractère intensif du programme de réhabilitation apparaît comme un élément clé pour obtenir de meilleurs résultats,même si d’autres travaux seront nécessaires pour étudier les conditions optimales de réalisation de ces exercices et leurs effets à long terme.